Translate

Τρίτη, 23 Δεκεμβρίου 2014

Bûche de Noël

      Fêtons Noël, fêtons le retour du soleil, fêtons la naissance de Jésus

Bûche de Noël, coutumes


La coutume d'allumer une bûche à Noël, dans l'âtre, remonte à très longtemps et existait dans toute l'Europe. On dit que le feu produit par la bûche est un hommage au soleil. Ce geste cérémoniel serait dérivé de diverses célébrations païennes associées au solstice d'hiver.




À l'origine, il s'agissait d'une bûche qui devait brûler du 24 décembre jusqu'au Nouvel An. Allumée dans la pièce à vivre, elle apporte chaleur et lumière à la veillée. On devait choisir une très grosse bûche de bois dur ou une vielle souche et provenant de préférence d'un arbre fruitier. La bûche devait être coupée avant le lever du soleil. La bûche était souvent décorée de rubans. On la portait ensuite dans la grande pièce familiale avec un grand cérémonial.

La coutume dit qu'on doit placer dans l'âtre autant de bûches qu'il y a d'habitants dans la maison. Le chef de famille bénissait la bûche avec de l'eau et du sel et parfois avec du vin.

buche de noel

Il fallait s'occuper des bûches avec les mains; aucun instrument ne pouvant s'approcher du feu. Si le feu faisait beaucoup d'étincelles, on disait que la moisson de l'été suivant serait bonne. Si la lumière faisait projeter des silhouettes sur le mur, on disait qu'un membre de la famille allait mourir au cours de l'année.

Les cendres de la bûche étaient précieusement conservées contre les orages, pour guérir certaines maladies et pour fertiliser les terres.
C'est pour continuer à célébrer ce rituel, que la bûche de Noël a vu le jour sous la forme d'un délicieux dessert qui aurait été inventé par un pâtissier en 1945.

j'ai trouve un super site ou l'on y trouve pas mal de recettes, d'histoires, tradition et compagnie. peut être que certain le connaissant déjà. je vous mets le lien. c'est vraiment chouette.http://www.noelistique.com/index.html

www.noelistique.colm/noel-2009/articles/havre-belgique/buche-de-noel.htm

http://www.noelistique.com/noel-2009/noel-2009.html


http://www.coloriage.tv/la-buche-de-noel-coloriage

Un petit goût de France : la Bûche de Noël


«- Tu fais quoi pour Noël ?  – Je prends deux kilos.», Anna Gavalda
Ayant la forme d’une bûche, ce délicieux gâteau a pour origine une vraie bûche, de bois sec et résineux, appelée bûche de Noël, qui était traditionnellement coupée avant le lever du soleil et rapportée à la maison en grande pompe.

L’histoire de la Bûche de Noël
Pendant plusieurs siècles, lors de la veillée de Noël, la coutume voulait qu’on fasse brûler dans l’âtre une grosse bûche, parfois décorée de feuillages et de rubans, dont la taille énorme devait permettre de la laisser brûler durant au moins trois jours, si possible jusqu’au Nouvel An et, dans l’idéal, jusqu’à l’Épiphanie.
C’était l’occasion de rassembler les parents, les enfants, les grands-parents et tous les hôtes du logis autour du foyer familial. En même temps, la porte de la maison restait ouverte aux pauvres gens qui venaient demander un gite pour la nuit. On leur versait en abondance le vin, la bière ou le cidre et on leur accordait une place à la table de famille.
Placée dans l’âtre de la cheminée avec des fragments de la bûche de l’année précédente symbolisant le temps renouvelé, la flambée de la bûche était un rituel de bénédiction.
 La tradition – Croyances et superstitions
Cette coutume, remontant au XIIe siècle, avait cours dans la plupart des pays européens, notamment en France et en Italie, où la bûche de Noël était appelée « ceppo ».
Selon les croyances, avant qu’elle flambe, la bûche portait malheur à ceux qui l’enjambaient ou s’assoyaient sur elle et, en plus, il fallait l’entretenir à mains nues.
Lors de l’allumage, la bûche était bénie à l’aide d’une branche de buis, ou de laurier, conservée depuis la fête des Rameaux.
Lors de sa combustion, la bûche était, dans certaines régions, arrosée de vin afin d’assurer une bonne vendange. Si le feu faisait beaucoup d’étincelles, on disait que la moisson de l’été suivant serait bonne. Si la lumière faisait projeter des silhouettes sur le mur, on disait qu’un membre de la famille allait mourir au cours de l’année.
La cendre était récupérée à cause des vertus protectrices qu’on lui prêtait: elle préservait la maison de la maladie, de la foudre, du malheur, de tous les fléaux et des mauvais sorts menaçant potentiellement la maison. On la gardait précieusement car elle éloignait les renards ou elle faisait fructifier les récoltes.
Le XIXsiècle arrive, les maisons se modernisent et la disparition de cette tradition coïncide avec celle des grands âtres. L’histoire de la bûche de Noël prend un tournant plus décoratif car il est remplacée par une petite bûche de bois, parfois rehaussée de chandelles et de verdure, qu’on place au centre de la table comme décoration de Noël.
 

Une tradition culinaire – La Bûche pâtissière

BÛCHE NOËL KARL LAGERFELD PAR LENÔTRE
C’est pour continuer à célébrer ce rituel, que la bûche de Noël a vu le jour sous la forme d’un délicieux dessert.
La date de naissance du dessert reste inconnue. Certains évoquent sa création vers 1834 par un des ouvriers pâtissiers de La Vieille France à Paris, d’autres son invention vers 1945 par un pâtissier de la société Colibri et quelques-uns citent la tradition d’un « gâteau roulé de Noël » dans la région Poitou-Charentes depuis le XIXe siècle.
D’après une autre légende, des pâtissiers parisiens auraient inventé la bûche pâtissière après que Napoléon Ier ait fait passer l’ordre de garder les cheminées fermées durant les mois d’hiver. Cette création devait permettre aux parisiens de perpétuer la tradition de la bûche tout en ne désobéissant pas à l’arrêté impérial.
Quelle que soit la date de création, la bûche de Noël, en guise de dessert, est devenu avec le temps, un plat incontournable des tables de Noël.

Voici, alors, une recette de la bûche de Noël traditionnelle.  Envie de vous lancer cette année ?

Les ingrédients
Pour le biscuit :

E
  • 5 œufs
  • 50 g de farine
  • 50 g de fécule de pomme de terre
  • 170 g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillerée à soupe d’eau
1 verre à liqueur de rhum
Pour la crème :
  • 1 œuf entier
  • 1 jaune d’œuf
  • 4 barres de chocolat
  • 200 à 250 g de beurre
  • 150 g de sucre
  • 1 demi-tasse de café
  • 1 tiers de verre d’eau


Préparation
Pour le biscuit :
Fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre et le sel, assez longuement
  • Lorsque le mélange est mousseux, ajoutez l’eau et le rhum
  • Ajoutez la farine et la fécule en une seule fois et mélangez
  • Ajoutez délicatement les blancs d’œufs préalablement battus en neige
  • Étalez la pâte dans un moule rectangulaire (lèchefrite par exemple) recouvert d’un papier de cuisson (ou beurré/fariné)
  • Mettez à cuire, à peine 15 minutes, à four modéré (thermostat 4) ; le biscuit doit juste commencer à dorer
  • Sortez du four et démouler délicatement sur un linge humide
  • Roulez le biscuit encore chaud dans le linge humide, sans serrer
Mettez au frais (éviter le réfrigérateur si possible)
Pour la crème :
  • Faites un sirop avec 150 g de sucre et un tiers de verre d’eau
  • Faites fondre le chocolat dans une cuillerée à soupe de café
  • Y ajoutez le beurre en morceaux
  • Lorsque le sirop ‘file‘ il faut l’ajouter chaud aux œufs
  • Bien mélangez
  • Y ajoutez le mélange beurre/chocolat
  • Laissez refroidir et épaissir quelque temps au réfrigérateur
Le montage de la bûche de Noël
  • Déroulez délicatement le biscuit, qui doit être à température ambiante
  • Établez à la spatule environ deux tiers de la crème au beurre
  • Roulez l’ensemble, sans serrer
  • Coupez 1 à 2 cm aux extrémités pour les égaliser et réserver les chutes
  • Pour une bûche encore plus bûche…, utilisez les chutes pour réaliser des nœuds ou des moignons de branches
  • Recouvrez l’ensemble avec le tiers de crème restant et striez à la fourchette
La décoration de votre Bûche de Noël :

La bûche de Noël doit être joliment décorée sur le thème de Noël (Père Noël, hache, scie, champignons, lutins etc.) en sucre ou en plastique. Vous pouvez également utiliser :
  • sucre glace ou poudre d’amande
  • feuilles de houx en « pain d’ange »
  • vermicelles sucrésFigurines Du Père Noël Et Objets Décor Pour Noël - 7 Pères Noël (Dont 2 Pour Bûche) +1 Pingouin + 1 Sapin Animé + 9 Décors De Bûche Différents + 1 Bonhomme De Neige - Lot De 19 Objets -
  • copeaux de chocolat noir
  • filet de caramel pour les nervures du bois
  • crème au beurre vanillée pour les nœuds
Finalement, je vous invite à jeter un coup d’œil aux plus belles Bûches de Noël 2013 :  ou, même, suivre un cours de pâtisserie sur le thème de la bûche de Noël par Thierry Mulhaupt,  pâtissier depuis 20 ans à Strasbourg, qui sera filmé et diffusé en live sur YouTube le 7 décembre 2013.

Bon appétit et très bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous !

Bûche chocolat-passion de Pierre Hermé

Sources :
Sitographie :
Bibliographie :
Grisel Catherine, Niel André, Hommes et traditions populaires en Normandie, Martelle éd.
- See more at: http://www.bonjourdumonde.com/blog/grece/9/culture/interculture/un-petit-gout-de-france-la-buche-de-noel#sthash.jpvwoQCs.dpuf

Recette pour faire une bûche de Noël




                          C’est encore plus facile en vidéo !


 


                                                    Crème au beurre facile - allrecipes.fr
                                 http://allrecipes.fr/recette/10487/cr-me-au-beurre-facile.aspx



Bûche de Noël

Ingrédients 
Proportions pour: 1 bûche

  • 125 g de sucre
  • 4 œufs
  • 100 g de farine
  • 60 g de beurre
  • 1 cuillère à café de levure
  • 1 pincée de sel
  • De la crème au beurre (voir la recette)


Préparation : 30minutes  ›  Cuisson : 12minutes  ›  Prêt en :42minutes 

  1. Préchauffer le four à 18O° (thermostat 6). Préparer la crème au beurre et la garder à température ambiante pendant que l’on prépare le biscuit, pour qu’elle ne soit pas trop dure.
  2. Séparer les blancs des jaunes. Dans un saladier battre les jaunes d'œufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse et soit mousseux. Ajouter le beurre ramolli puis la farine, la levure et une cuillère à soupe d'eau tiède. Monter les blancs en neige avec le sel et les incorporer délicatement à la préparation.
  3. Garnir un moule rectangulaire (style plaque à pâtisserie ou couvercle en métal d'une grande boite de biscuits) avec du papier sulfurisé beurré. Étaler le mélange sur la plaque et cuire pendant 12 minutes.
  4. Lorsque la cuisson est terminée, il y a deux options. On peut retourner la plaque sur un torchon propre humide (il faut aller vite !) Retirer la plaque et le papier sulfurisé et garnir généreusement et rapidement le gâteau avec la crème au beurre. Sans attendre, rouler le biscuit à l'aide du torchon pour lui donner la forme d’une bûche. Ou si l'on préfère, on peut rouler immédiatement la bûche sur la plaque à pâtisserie en s'aidant du papier sulfurisé, puis la dérouler, la napper de crème au beurre et la rouler à nouveau, cette fois de façon plus serrée. Cette dernière méthode est celle qui a été choisie pour la vidéo de cette recette. Elle est un peu plus délicate car il y a plus de risques de « casser » le biscuit.
  5. Recouvrir la bûche de crème au beurre et dessiner à l'aide d'une fourchette les nervure du bois. On peut, avant de recouvrir la bûche de crème au beurre, couper un petit morceau pour faire un début de branche sur le côté.

Fiche technique

Si vous avez besoin d’aide pour faire une magnifique bûche de Noël, lisez vite notre fiche technique. Elle vous guidera pas à pas, en photos, dans la confection du biscuit et de la crème ; vous allez en épater plus d’un avec votre bûche de Noël cette année !


Ingrédients

 

Crème au beurre facile


Proportions pour: 2 bûches







  • 100 g de chocolat noir
  • 1 cuillère à soupe d'eau (si on fait fondre au micro-onde)
  • 150 g de beurre (ramolli)
  • 200 g de sucre glace

 Votre liste de courses
Votre liste de courses à portée de main où que vous soyez, c'est facile et gratuit !







Méthode de préparation
Préparation : 5minutes  ›  Cuisson : 1minute  ›  Prêt en :6minutes 







  1. Faire fondre le chocolat au bain-marie ou alors au micro-onde avec 1 cuillère à soupe d’eau. Si on choisit le micro-onde, ne faire cuire que 15 secondes à la fois et remuer entre chaque pour être sur que le chocolat ne cuise pas ou ne se mette pas à durcir. Si l'on choisit le bain-marie, il y a moins de risques de faire brûler le chocolat ! Il faut cependant rester vigilant ; si le chocolat est trop chaud, il va devenir tout dur et difficilement maléable.
  2. Travailler le beurre en pommade puis incorporer peu à peu le sucre glace puis le chocolat fondu. Si votre crème vous semble un peu trop liquide pour faire votre décoration tout de suite, mettez-la au réfrigérateur pendant 1/2 heure, elle durcira un peu et sera plus facile à manier !







Mais pourquoi mange-t-on une bûche ?


Vous n’êtes pas convaincus par ces explications ? Moi non plus ! Allez jeter un coup d’œil plutôt par ici ou par là.


En France, en Belgique, au Québec, au Nouveau-Brunswick, au Vietnam, au Liban, et généralement dans les pays francophones, le repas de Noël se termine en dégustant la bûche de Noël : cette tradition culinaire reproduit, en fait, un autre rite lié à la célébration du solstice d'hiver. Cette coutume est attestée depuis le Moyen Âge et est héritée de divers rites païens. Elle est répandue dans toute l'Europe.

La tradition de la buche


Depuis plusieurs siècles, en effet, on a pour habitude, lors de la veillée de Noël, de faire brûler dans l'âtre une très grosse bûche qui doit se consumer très lentement; l'idéal étant qu'elle puisse durer pendant les douze jours du cycle (jusqu'au nouvel an) ou au moins pendant trois jours. La bûche doit provenir, de préférence, d'un tronc d'arbre fruitier, censé garantir une bonne récolte pour l'année suivante. Lors de l'allumage, la bûche est bénie à l'aide d'une branche de buis, ou de laurier, conservée depuis la fête des Rameaux. Lors de sa combustion, la bûche est, dans certaines régions, arrosée de vin afin d'assurer une bonne vendange, ou de sel pour se protéger des sorcières. On conserve souvent les tisons afin de préserver la maison de la foudre et les cendres sont répandues dans les champs pour fertiliser la terre. On conservait aussi toute l'année du charbon qu'on faisait entrer dans la composition de plusieurs remèdes.




On disait en provençal : « Cache le feu (ancien), allume le feu (nouveau); Dieu nous comble d'allégresse ». Le plus ancien de la famille arrosait alors le bois, soit de lait, soit de miel, en mémoire des délices d'Éden, soit de vin, en souvenir de la vigne cultivée parNoé, lors de la rénovation du monde. À Marseille, en portant la bûche de Noël, on ne cessait de crier en patois : « Noël vient, tout bien vient ». Ensuite le chef de la famille, ou, en son absence, le plus âgé, s'avançant vers la bûche pour la bénir, y versait du vin en invoquant la Sainte-Trinité, en disant : « Au nom du Père et du Fils, et du Saint-Esprit, Amen ! », et il y mettait le feu. En Bourgogne, le père de famille ordonnait à un enfant d'aller en quelque coin de la chambre prier Dieu que la souche « donne des bonbons ». Pendant ce temps-là on mettait au bas de chaque bout de la bûche des petits paquets de sucreries, fruits confits, noix que ces enfants venaient recueillir en croyant de bonne foi que la souche les avait donnés. Les sucreries étaient dissimulées dans un trou du tronc de la bûche, fermé par un bouchon ou dans un coin sous la bûche. Le vigneron qui n'avait pas de quoi offrir des sucreries aux enfants y mettait dessous des pruneaux et des marrons1.

Les différents noms de la bûche de Noël


On appelait cette énorme souche de mille manières suivant les régions et les patois : son nom courant était tréfeu, tréfouet du latin tres foci, « trois feux », car elle devait brûler trois jours durant. Le gâteau en forme de bûche de Noël portait encore parfois au début du xxe siècle le nom de « coquille » ou petite bûche, en patois, le cogneù. En Normandie,souque ou chuquet. Elle s'appelle tronche dans la Bresse. En Bourguignon, ou suche ou gobe de Noël. En Berry cosse de Nau, en Breton kef nedeleck, dans les Vosgesgalenche de Noë; et encore Coque de Noël (Champagne), Choque en Picard). En ArgonneLorrainehocheoche, hoquetoc, mouchon (Angoumois) suivant les communes. EnProvençal la bûche du feu portait le nom de chalendon ou calegneaoucacho fuech , cacho fiocalendaou, et autres noms suivant les régions, Souc de Nadal (en Languedoc), traditionnellement le bois d'un arbre fruitier. En LimousinCosso de NadauTisou de Nado2. Elle porte également le nom de bocque dans les Ardennes, de cachefioc dans leRoussillon et de capsaou en Aquitaine3.

Du gâteau de Noël à la bûche

Le nom ancien du gâteau semble plutôt dérivé du mot cognée que du mot bûche sans que cette étymologie soit vraiment certaine: En Flandre, dans la nuit de Noël, les mères déposent sur le chevet du lit de leurs enfants un gâteau nommé coignole. C'est une pièce de pâtisserie oblongue creusée dans sa partie supérieure et moyenne, afin de recevoir ou contenir un petit enfant Jésus en plâtre, ou en sucre. Dans quelques parties de la Lorraine, de semblables gâteaux se nomment cognés. Enfin, presque chaque province de la France a ses gâteaux de Noël qu'elle désigne par des noms différents plus ou moins bizarres. Ces « gâteaux de Noël » étaient d'un genre différents4.

Le dessert

La disparition des grands âtres met fin à la coutume des bûches qui y étaient brûlées : la date de naissance du dessert qui les a remplacées reste inconnue. Certains évoquent la création d'un pâtissier en 1945 mais le gâteau roulé de Noël est déjà traditionnel, tout du moins dans la région Poitou-Charentes, depuis le xixe siècle.
La bûche de Noël, à la base, était un biscuit génoise, sur lequel était étalée de la crème au beurre parfumé au café, au chocolat, auGrand Marnier, (etc) qu'on roulait ensuite pour lui donner la forme d'une bûche, qu'on recouvrait ensuite d'une fine couche de crème au beurre avec une poche munie d'une douille « chemin de fer ».
Cependant, on trouve maintenant plus de bûches dites « fantaisies » qui ne sont plus roulées, mais faites dans des moules, et garnies non pas de crème au beurre, mais de mousses de fruits, de crèmes au mascarpone, de crèmes mousselines, de gelée, crémeux et toutes sortes de biscuits.
La bûche de Noël traditionnelle, glacée ou non, est généralement décorée d'attributs divers (Père Noël, hache, scie, champignons, lutins, etc.) en sucre ou en plastique. Cependant les grands pâtissiers ont majoritairement mis fin à cette époque en les décorant sobrement, afin d'en faire un entremets raffiné.

Autres desserts liés au cycle de Noël

http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%BBche_de_No%C3%ABl


http://cuisson.tv/temps-de/cuisson-de-la-buche-de-noel
http://xn--bchedenol-24a2o.fr/
http://fr.wikibooks.org/wiki/Livre_de_cuisine/B%C3%BBche_de_No%C3%ABl
http://lapassiondenoel.positifforum.com/