Translate

Πέμπτη, 17 Νοεμβρίου 2016

L'insurrection Polytechnique, le 17 Novembre 1973

Le 17 novembre en Grèce, on commémore la journée d'insurrection des étudiants grecs à Athènes contre le régime des colonels de 1973 (appelée Πολυτεχνείο - Polytechnio: journée de l'Ecole Polytechnique). Cette journée est restée le symbole de la lutte pour la liberté en Grèce.
Έργο του συναδέλφου Ν. Πάππη.


L'insurrection Polytechnique Le 17 Novembre 1973



Monument pour l'insurrection polytechnique
Chaque Novembre, nos cœurs et nos esprits sont là, à l'École polytechnique d' Athènes, à l'insurrection héroïque des étudiants, des jeunes et l'ensemble de la Grèce contre la junte , en Novembre 1973.
Le soulèvement polytechnique (Politechneio, Πολυτεχνείο en grec) symbolise non seulement la lutte héroïque , mais aussi l'unité de tous les démocrates.
Les luttes de novembre sont la plus haute expression de la lutte de sept ans contre la dictature et l'un des moments les plus importants dans la lutte pour la liberté du peuple grec et surtout de la jeunesse grecque.


Les idéaux de la liberté, de l'indépendance, de la paix, de l'amour de la vie et de l'humanité restent vivants et resteront actuels et inaltérables, peu importe combien d'années passent de cette montée.

Les événements de l'insurrection polytechnique

ΔΙΑΒΑΣΤΕ ΠΕΡΙΣΣΟΤΕΡΑ:
http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.greeceindex.com/history-mythology/Polytechnic-17-November-1973.html

Junta En Grèce 1967 - 1974

La Junte Militaire, Connu Simplement Comme La Junte En Grèce (Χούντα De Ελλάδα), A Été Imposée Le 21 Avril 1967 , Lorsque Les Officiers De L' Armée, Dirigée Par Le Colonel George 

Papadopoulos, Le Brigadier Stylianos

Phoenix renaissance de ses cendres était le symbole de la junte grecquePattakos et le colonel Nikolaos Makarezos ont pris le pouvoir dans un coup d'État.
Ayant disposé une centaine de chars dans la région d'Athènes, les chefs du coup d'état se sont déplacés à l'aube le 21 avril et ont d'abord occupé le ministère de la Défense.
Ils ont ensuite mis en action l'Opération Prométhée, mobilisant toutes les unités militaires de l'Attique. Le plan d'urgence de l'OTAN était à l'origine destiné à imposer le régime militaire dans le cas d'un soulèvement communiste si les forces soviétiques envahissaient la Grèce.
George Papadopoulos, Stylianos Pattakos et Nikolaos Makarezos
La junte dura sept ans, pendant lesquels la dictature militaire abolit toutes les libertés politiques, et les prisons, la torture et l'exil devinrent un phénomène de tous les jours pour tous les Grecs.
Le Polytechnic Uprising est considéré comme le sommet de la résistance à la junte. L'assiduité à la faculté de droit de l'Université d'Athènes en mars 1973 et le soulèvement à l'Université technique nationale d'Athènes en novembre de la même année ont brisé le climat de peur et ont contribué à la chute du régime et à la restauration de la démocratie, Espoir pour le peuple grec.
(Photo, de gauche à droite: Stylianos Pattakos, Georgios Papadopoulos et Nikolaos Makarezos)

La junte grecque, les réactions contre la junte militaire

A partir de 1967 et tout au long de la dictature, des manifestations contre le régime se sont tenues, des bannières de protestation pendues au centre d'Athènes et des bombes lancées. Cependant, ces manifestations de résistance à la junte étaient l'exception à la règle. Les arrestations de citoyens innocents, juste pour exprimer des opinions opposées au régime et le manque de liberté, avaient terrorisé la population et les gens avaient peur de parler devant des tiers. Les arrestations ont été accompagnées de tortures, de cours martiales et d'exil interne dans des camps isolés. La police militaire grecque (ESA) et son unité spéciale d'interrogation (EAT-ESA) sont devenus des mots d'ordre pour la terreur et la torture des opposants au régime.
Au cours de cette période où tout «a été éclipsé par la menace et opprimé par l'esclavage», dans les mots de l'Hymne à la démocratie (l'hymne national grec), certains événements se démarquent.
Alekos Panagoulis
En Août 1968 Alekos Panagoulis a tenté d'assassiner Papadopoulos avec une bombe, et seul le tollé international résultant a empêché son exécution après avoir été condamné à mort par des juges inféodés au régime.
Quelques mois plus tard, en novembre 1968, une des premières formes de protestation de masse contre la Junte a eu lieu: les 500 000 Athéniens qui ont assisté aux funérailles de l'ancien Premier ministre George Papandreou ont crié des slogans contre la Junte et ont chanté l'hymne national et le traditionnel Crétois Chanson révolutionnaire "Pote Tha Kanei Xasteria" (Quand le ciel sera-t-il à nouveau clair).
La mutinerie navale contre la junte grecque était également très important. Des douzaines d'officiers de la Marine grecque prévoyaient de renverser la Junte par la force des armes dès 1968. D'autres se joignirent à la conspiration au cours des prochaines années. Le coup d'Etat était prévu pour le 22 mai 1973, mais il a été retardé 



------------2.jpg
Photo (internet) : l'université d'Athènes envahie par la foule.
La résistance avait été continue pendant le régime des colonels, mais le 17 novembre marque le tournant vers la fin de sept ans de dictature. Les étudiants se sont d'abord réunis en assemblée générale le 14 novembre, ont protesté par un sit-in 15 novembre  rassemblant la foule. Ces manifestations se sont terminées par une intervention militaire le 17 novembre. Au milieu des slogans anti-fascistes, certains étaient anti-américains car ceux-ci étaient accusés de soutenir un régime dictatorial anti-communiste.
En 1975, une organisation révolutionnaire anti-américaine s'est formée (classée "terroriste" par les Américains), prenant le nom de 17 novembre, en mémoire à ces événements qui ont conduit à la chute du régime des colonels en 1974. Chaque année en Grèce, la commémoration est sous surveillance policière afin d'éviter les dérapages. Les associations internationales étudiantes ont également fait de ce jour une commémoration à la résistance étudiante.
Les chants de feu de Nikos Koundouros (Νίκος Κούνδουρος) est le film documentaire de cette période dont on fête cette année le 43e anniversaire. Le documentaire est sorti en salle le 10 février 1975. C'est pour le réalisateur «μια ταινία ωδή στη λευτεριά (un film ode à la liberté)». 
On trouve, mêlés à ces deux concerts, des images des manifestations et des témoignages de victimes de la dictature.
Le voici en intégralité sur youtube (110 minutes):