Translate

Δευτέρα, 15 Σεπτεμβρίου 2014

Le blues de l'instituteur

      Grand Corps Malade : chansons sur le thème de l'école





            Grand Corps Malade - Le blues de l'instituteur


Paroles

Allez entrez les enfants et arrêtez de vous chamailler,
Avancez dans le calme je sais que vous en êtes capables,
Asseyez-vous tranquillement, chacun sa place, ça y est,
Ecoutez-moi mais ce matin, n'ouvrez pas vos cartables.
On va pas faire de grammaire, de géométrie et de conjugaison.
On parlera pas de compléments d'objet et encore moins de Pythagore.
Ce matin pas de contrôle et personne n'aura raison.
Aujourd'hui aucune note et personne n'aura tort.

Les enfants écoutez-moi, je crois que je ne vais pas bien.
J'ai mal quand je vois le monde et les Hommes me font peur.
Les enfants expliquez-moi, moi je ne comprends plus rien.
Pourquoi tant d'injustice, de souffrance et de malheurs.
Hier soir une fois de trop j'ai allumé la télévision,
Sur les coups de 20H, c'était les informations.
Et tout à coup dans la pièce s'est produit comme une invasion,
De pleurs et de douleurs, c'était pire qu'une agression.
Hier soir l'actualité comptait beaucoup plus de morts,
Que de cheveux sur le crâne de Patrick Poivre d'Arvor.
C'est comme tous les jours un peu partout sur Terre.
Je crois qu'il fait pas bon vivre au Troisième millénaire.

Comme aux pires heures de l'Histoire, les hommes se font la guerre,
Des soldats s'entretuent sans même savoir pourquoi.
S'ils s'étaient mieux connus, ils pourraient être frères.
Mais leurs présidents se sentaient le plus forts c'est comme ça.
Et puis il y a toutes ces religions qui prônent chacune l'amour,
Mais qui fabriquent de la haine, des assassins, des terroristes.
Pour telle ou telle croyance, des innocents meurent chaque jour,
Tout ça au nom de Dieu, on sait même pas s'il existe.

Les enfants désolé, on vous laisse l'Humain en sale état,
Il faut que vous le sachiez alors aujourd'hui j'essaie.
Les certitudes des grandes personnes provoquent parfois des dégâts.
En fait l'adulte est un grand enfant qui croit qu'il sait.
J'ai mal au ventre les enfants quand je vois l'argent mis dans les armes.
Dans les fusées, les sous-marins et dans les porte-avions.
Pendant que des peuples entiers manquent d'eau, comme nos yeux
manquent de larmes.
Et voient leurs fils et leurs filles mourir de malnutrition.

Apparemment la nature elle-même a du mal à se nourrir,
Les hommes ont pollué l'air et même pourri la pluie.
Quand tu auras plus d'eau nulle part, faudra garder le sourire.
Et même l'odeur des forêts sera tombée dans l'oubli.
Les enfants vous savez ce que c'est des ressources naturelles ?,
Si vous savez pas c'est pas grave de toute façon y'en a presque plus.
Les mots humain et gaspillage sont des synonymes éternels.
L'écologie à l'école serait pas une matière superflue.

Les enfants désolé on vous laisse la Terre en sale état,
Et bientôt sur notre planète on va se sentir à l'étroit.
Gardez vos doutes, vous seuls pourrez nous sortir de là,
L'enfant est un petit adulte qui sait qu'il croit.

Bah alors les enfants vous êtes bien sages tout à coup,
J'ai un peu cassé l'ambiance mais je voulais pas vous faire peur.
Ce que je veux vous faire comprendre c'est que je compte sur vous,
Ne suivez pas notre exemple et promettez-moi un monde meilleur.

Allez les enfants c'est déjà l'heure de la récréation,
Allez courir dans la cour, défoulez-vous, profitez-en.
Criez même si vous le voulez vous avez ma permission.
Surtout couvrez-vous bien, dehors il y a du vent.
                                                                                                                        

                 Grand Corps Malade - À l'école de la vie

Paroles ( écoutez et lisez )

J'y suis entré tout petit sans le savoir, comme tout le monde
Derrière ses murs, j'ai grandi et j'ai observé chaque seconde
J'y suis entré naturellement, personne m'a demandé mon avis
J'ai étudié son fonctionnement, ça s'appelle l'école de la vie

Faut savoir qu'ici tout s'apprend, les premières joies et les colères
Et on ne sort jamais vraiment de cet établissement scolaire 
A l'école de la vie, y'a des matières obligatoires
Et certains cours sont en option pour te former à ton histoire

La vie démarre souvent avec le prof d'insouciance,
Il est utile, il t'inspire et puis il te met en confiance
Mais juste après vient le cours des responsabilités,
Tu découvres les maux de tête et les premiers contrôles ratés

Le cours de curiosité est un passage important,
En le comprenant assez tôt, j'ai gagné pas mal de temps
Puis j'ai promis que je m'inscrirai dans le cours de promesse…
Mais j'ai parfois été fort dans le cours de faiblesse

A l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
Tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
C'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs, 
J'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir

En cours de grosse galère, j'ai eu quelques très bonnes notes,
C'est ce genre de résultats, qui te fait connaitre tes vrais potes
Ça m'a donné des points d'avance et une sacrée formation
Pour le cours de prise de recul et celui d'adaptation

Je me souviens du cours d'espoir, j'avais des facilités,
A moins que je ne confonde avec le cours de naïveté
Puis il y avait une filière mensonge et une filière vérité ;
J'ai suivi les deux cursus, chacun à son utilité

En cours de solitude, j'avais un bon potentiel,
Se satisfaire de soi même est un atout essentiel
Mais j'aime bien aussi l'ambiance qu'il y avait dans le cours de bordel,
J'ai vite compris que l'existence ce conjugue mieux au pluriel

C'est qu'en cours d'humanité j'ai eu de très bons professeurs,
On a eu des travaux pratiques tout les jours, moi et ma soeœur
J'espère que petit à petit, j'ai bien retenu leurs leçons
Et qu'à l'école d'une autre vie, je transmettrai à ma façon

A l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
Tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
C'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs, 
J'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir

En cours d'histoire d'amour, j'ai longtemps été au fond de la classe,
Le cul contre le radiateur, j'ai bien cru trouver ma place,
Mais en pleine récréation, alors que je n'attendais rien,
J'ai reçu ma plus belle leçon et le prof m'a mis très bien

Au cours de liberté y avait beaucoup d'élèves en transe,
Le cours d'égalité était payant, bravo la France !
Pour la fraternité, y'avait aucun cours officiel,
Y'avait que les cours du soir, loin des voies institutionnelles

Alors on saigne, on cicatrise,
On se renseigne, on réalise
Les bons coups et les bêtises
On salit, on se divise
Moi pour comprendre l'existence un peu plus vite ou un peu mieux,
J'ai choisi le cours d'enfance en ville, j'ai même pris l'option banlieue

Reste qu'au cours de bonheur, le prof était souvent malade,
On s'est démerdés tous seuls, on a déchiffrés ses charades
Autodidacte en sentiments, y'aura pas d'envie sans piment
Dans mes cahiers en ciment, moi j'apprends la vie en rimant

A l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
Tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
C'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs, 
J'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir